Villeneuve-Saint-Georges : Nathalie DINNER, adjointe au logement et présidente de l’OPH, écartée par Sylvie ALTMAN

L’élue (LFI) a perdu ses délégations ce lundi pour «des faits graves» : le salon de coiffure dont elle possède des parts, doit 60 000 € de loyers impayés à l’office HLM qu’elle préside.

image Le Parisien

Article du Parisien du Mardi 29 Mai 2019 édition Val de Marne

C’est une enfant de Villeneuve-Saint-Georges, une élue de terrain qui aurait pu prétendre aux plus hautes fonctions dans sa ville. Mais elle se retrouve aujourd’hui en pleine tourmente. Nathalie Dinner, maire-adjointe (LFI), en charge de l’habitat a perdu ses délégations ce lundi. La maire PCF Sylvie Altman, dont elle était proche jusqu’à peu, a dû s’y résoudre face aux « faits graves » qui entourent l’élue, par ailleurs présidente de l’Office public de l’habitat (OPH).

Que lui reproche-t-on ? « d’être actionnaire d’une société commerciale locataire de l’OPH qui a accumulé d’importants impayés de loyers », répondent la maire et les présidents des groupes de la majorité (Front de gauche, PS-PRG, LFI). En l’occurrence 60 000 €, sans compter les dettes à l’Urssaf, pour 40 000 € de plus.

Ce commerce n’est autre qu’un salon de coiffure, dans les quartiers Nord, repris en 2008 par son compagnon aujourd’hui disparu. Dès 2011, le locataire peine à régler ses factures. En 2014, suite à la victoire de la gauche aux municipales, Nathalie Dinner prend la tête de l’OPH. Le mauvais payeur n’est quasiment jamais inquiété. Sa dette s’allonge. Jusqu’en février 2017 et la nomination du nouveau directeur de l’OPH.

Deux mois après son arrivée, Sébastien Jolis s’active. En avril 2017, une procédure à l’amiable s’ouvre, suivie d’une mise en demeure à l’été 2017. Puis, en 2018, une demande de solutions suite au décès du gérant fin 2017. En janvier 2019, le Trésor public exige un recouvrement forcé des dettes. En vain. Début mai, l’OPH demande la liquidation judiciaire du commerce. Elle pourrait être prononcée le 5 juin au tribunal de commerce de Créteil.

«On cherche à me salir»

L’office va-t-il porter plainte ? Le directeur de l’OPH indique « consulter des avocats ». Il précise également avoir informé la maire après la mise en liquidation.

De son côté, la majorité a saisi un avocat pour « défendre l’image et les intérêts de la ville ». Non sans avoir demandé à Nathalie Dinner de démissionner « considérant l’exemplarité dont doivent faire preuve les élus ». « En termes d’éthique, ce comportement est totalement incompatible avec notre groupe. Nous avons donc décidé de l’exclure », précise Julia Moro, à la tête des Insoumis.

Sollicitée, ce lundi soir, Nathalie Dinner « ne comprend pas ». « J’ai annoncé vouloir me mettre en retrait de mes fonctions pour convenances personnelles. On en profite. On cherche à me salir. » Et d’y voir une attaque « politique ». Certains dans l’opposition le croient aussi : « Elle est une menace pour les municipales ». Mais dans la majorité, des déçus sifflent : « ce n’est bon pour personne ».

Sur le fond de l’affaire, la présidente de cet OPH de plus de 2 500 logements sociaux assure « ne pas avoir été au courant des impayés. » Quant à sa responsabilité dans la gestion du commerce, elle élude. Selon un document que nous avons pu consulter, Nathalie Dinner en possède pourtant plus d’un tiers des parts.

Le 27 juin, lors du conseil municipal, son parcours d’adjointe, de présidente d’OPH s’arrêtera. « Ce n’est pas une fin en soi. Mon envie de défendre Villeneuve est toujours là. »

AU DÉPARTEMENT, «AUCUN FAIT RÉPRÉHENSIBLE»

Nathalie Dinner n’est pas qu’une simple adjointe au maire de Villeneuve-Saint-Georges. Depuis 2015, elle appartient à la majorité du conseil départemental. Vice-présidente, un temps en charge du personnel, l’Insoumise s’occupe désormais de l’habitat et du logement.

Que va-t-il se passer pour elle au département ? «Le président prend acte des décisions prises par la majorité municipale pour ses responsabilités à Villeneuve-Saint-Georges, indique l’entourage du président PCF Christian Favier, sollicité ce lundi soir. Aucun fait répréhensible n’a été signalé à ce jour ».

Suffisant pour que la confiance demeure ? « Le président reste particulièrement attentif à l’évolution de cette situation », répond son entourage.

Cet article a été posté dans Notre ville et marqué , , , . Bookmark : permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *