LES PROJETS IMMOBILIERS DE LA MAIRE

La ville a acheté 2600 M2 de bureaux
pour 7,5 MILLIONS EUROS

Le tribunal des Prud’hommes situé sur la RN6 à proximité de l’avenue Carnot qui fonctionnait dans des locaux vétustes à été détruit par un incendie en 2012.La société Demathieu et Bard s’est portée acquéreur du terrain auprès de la ville pour y reconstruire le tribunal au rez de chaussée et 2600 m2 de bureaux au-dessus sur 3 étages. En 2015, la ville a vendu au promoteur le terrain de 1434m2 pour 720 000 euros soit    502 € le m2.

Les choses se compliquent pour le promoteur lorsque la société qui était intéressée par les 2600 m2 de bureaux s’est désistée. On se demande bien pourquoi ? Interrogée à ce sujet en conseil municipal, on s’étonne que la maire n’ait pas essayé de connaître les raisons de ce désistement, ce serait bien utile sachant que la ville s’est portée acquéreur de ces bureaux pour y reloger des services municipaux et y créer un pôle administratif.

La ville va donc acheter ces 2600 m2 de bureaux pour la somme de 7,5 millions d’euros soit 2907 € le m2. Ce prix nous paraît excessif si l’on considère que le prix moyen du m2 de bureau construit ne dépasserait pas 2000 € à Villeneuve. C’est une superbe affaire pour le promoteur mais c’est les Villeneuvois qui paient la note. Il faudra rajouter à cette somme tous les travaux d’aménagement intérieurs des bureaux. L’achat par la ville de ces bureaux apparaît davantage comme une opération de sauvetage du projet… et du promoteur que par la nécessité d’améliorer le fonctionnement des services municipaux.

Ce terrain à l’angle de la RN6 et de la rue Jules Guesde, difficilement accessible est fort mal situé, la maire envisagerait néanmoins d’y relocaliser les services du CCAS, de l’enfance, du service jeunesse et de la police municipale situés actuellement à l’angle des rues Henri Janin et de la Marne. Le permis de construire prévoit seulement 11 places de stationnement…

Pourquoi ces services ? Tout simplement parce que ces terrains ainsi libérés, en plein centre ville, permettront une autre opération immobilière pour le bonheur des promoteurs toujours à l’affût de bonnes affaires.

 On apprend également que le promoteur Demathieu et Bard est en conflit avec la ville de Villejuif sur un projet immobilier (construction de logements au-dessus d’une halle des sports) et qu’une enquête est en cours sur les conditions de passation du marché. Natalie Gandais, ex-première adjointe de Villejuif chargée de l’urbanisme et des travaux a saisi Madame le Procureur de la République pour « soupçon de favoritisme », une enquête a été confiée à la section financière du parquet de Créteil. Les détails de cette affaire sur le site de l’avenir a Villejuif ( www.laveniravillejuif)

DÉJÀ VU À VILLENEUVE !

Ceci nous rappelle l’affaire de la reconstruction du marché central de Villeneuve en 1992 où le maire de l’époque R.G Schwartzenberg, à défaut de trouver des locataires pour les 1300 m2 de bureaux construits au-dessus du marché couvert… avait fait louer ces locaux par l’hôpital de Villeneuve, bureaux qui sont restés vides mais dont l’hôpital a dû payer les loyers pendant 9 ans soit plus de 15 millions de francs de gaspillés (2,2 millions d’euros). A ce jour mis à part Pôle Emploi qui en occupe une petite partie, ils sont toujours désespérément vides.

 ENCORE DES BUREAUX À VILLENEUVE ?

La vraie question est de savoir si il y a une demande pour la location de bureaux à Villeneuve dans un marché en Ile de France où il y a plus d’offres de bureaux que de demandes ? Les finances communales et publiques n’ont pas à suppléer le défaut d’acquéreurs de bureaux pour permettre aux promoteurs de réaliser leurs opérations.

Il y a de quoi à être très inquiet car l’opération de réaménagement du centre ville prévoit en 2018 la construction de 3200m2 de bureaux sur le lot « Carnot 3 » près de la mairie. Dans une deuxième phase sur le lot « Carnot 2 », à l’emplacement de la poste, c’est 5080 m2 de bureaux qui sont prévus.

La maire a-t-elle l’intention d’acheter les milliers de m2 bureaux qui resteront vacants…avec l’argent des contribuables ?

LOGEMENTS ET COMMERCES : un projet immobilier sans concurrence.

En février 2017, la ville à vendu à la société « Aïgo Promotion » les terrains à l’angle de la rue Pasteur et l’avenue Carnot englobant la PMI, l’ex CPAM, les bains-douches, la mission locale et le parking pour y construire 125 logements, des commerces et relocaliser la PMI. L’ensemble représente une surface de 2379 m2 vendue au promoteur pour 2 566 725€ soit 1078€ le m2.

Pourquoi ne pas avoir lancé un appel à projets pour l’aménagement de ce secteur ce qui aurait permis de choisir le meilleur projet pour la ville et les habitants ?

Pourquoi avoir choisi « Aïgo promotion » société récente sans bilan de réalisations ni références ?

A défaut de réponses en conseil municipal nous avons demandé au Président de « Aïgo promotion » par courrier recommandé du 12 février 2017 des renseignements techniques et financiers nous permettant d’apprécier la fiabilité de la société.A ce jour nous n’avons reçu aucune réponse.

L’opacité semble être la manière de faire de la municipalité et de cette société.

Voir notre précédent article : les projets immobiliers de Sylvie.

Cet article a été posté dans Notre ville. Bookmark : permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *