Le téléval : une fausse bonne idée

Pour les riverains, le téléval c’est du bruit supplémentaire 20h/24 et 355 jours par an.

La Mission Régionale de L’Autorité Environnementale précise que : “Les objectifs acoustiques poursuivis par le projet engendreraient des niveaux sonores supérieurs à ceux actuels pour les riverains du projet. Les habitants verraient leur exposition augmenter significativement alors qu’ils subissent déjà des niveaux de bruit importants en raison des survols aériens ” … “Par conséquent l’objectif à privilégier pourrait être, au-delà du respect des seuils réglementaires de ne pas générer d’augmentation significative des expositions sonores actuelles

Peu d’intérêt pour les Villeneuvois

Le dossier d’enquête explique clairement que le téléval à été fait pour permettre aux Habitants du Bois Matar d’aller à Créteil. Il n’y aura donc pas de parking à proximité de la station du téléphérique, ce qui rend son accès très compliqué par les transports en commun en venant des autres quartiers du bas de Villeneuve, sans parler du Blandin ou de Villeneuve Triage. C’est dommage que cet équipement qui présente un certain intérêt environnemental, n’ait pas été aussi pensé pour faciliter l’accès au RER D, pour les habitants des 3 communes concernées. D’autres tracés étaient possibles.

Les Villeneuvois sont très nombreux, chaque jour à prendre le RER D pour se déplacer vers Paris et dans l’agglomération parisienne. La saturation de la ligne de bus J1 qui transporte actuellement les usagers  de Valenton et Limeil vers la gare de Villeneuve le démontre aisément, c’est la ligne la plus chargée du Val de Marne. À Villeneuve le Téléval n’est raccordé à rien du tout, et s’arrête dans un champ à 1,5 km de la gare de Villeneuve

Dans l’autre sens, le Téléval n’est guère plus intéressant. Après 15 minutes de  téléphérique pour arriver à la station de métro “Pointe du lac” à Créteil, il faut ensuite 17 stations en métro pour arriver à la station Bastille. . Dans l’autre sens, le Téléval n’est guère plus intéressant. Après 15 minutes de  téléphérique pour arriver à la station de métro “Pointe du lac” à Créteil, il faut ensuite 17 stations en métro pour arriver à la station Bastille. Le projet de Téléval est une véritable occasion manquée pour favoriser l’accès des usagers aux transports en commun.

Deux sites SEVESO sur le tracé du téléval

La mission régionale de l’autorité environnementale (arrêté du 17 octobre 2018) nous révèle l’existence  de deux ICPE classées SEVESO sur le trajet du Téléval. Le téléphérique passera au-dessus  de la première, il s’agit du site de “La martiniquaise”, installation classée SEVESO  où sont stockés des produits spiritueux inflammables, puis tout près de la seconde qui est le site du SIAAP à Valenton, l’usine de traitement des eaux usées classée SEVESO seuil haut. Sur ce site, on se souvient en 2009 d’une explosion et d’un incendie dans une station de pompage suite à un dégagement de méthane.A propos de l’implantation de ces deux ICPELa MRAE  “recommande d’actualiser l’étude de danger du site et de renseigner le volet risque de l’étude d’impact”

Le téléval passera sous deux lignes à haute tension

Le premier croisement se fera avec une ligne de 45000 volts au niveau des Temps durables. Le second au nord de Limeil-Brévannes avec 2 lignes à très haute tension de 225 000 volts.L’Autorité Environnementale rappelle la problématique des ondes électromagnétiques : “La présence de lignes à haute tension impose d’éventuelles restrictions d’usage visant notamment à protéger la santé humaine (décret n°2004-835 relatif aux servitudes d’utilité publique du 19/08/2004). Ces restrictions à l’échelle du projet sont à prendre en compte. En particulier le croisement entre le téléphérique et deux lignes à haute tension à 225 000volts doit faire l’objet d’un développement spécifique dans le DPS”.

Davantage de bruit pour les riverains

L’Autorité Environnementale dans son arrêté précise :”Concernant le bruit, le projet n’est pas sans impact. Le pétitionnaire a procédé à une modélisation du bruit émis par le téléphérique dont la source provient des pylônes (le roulement de câble et les chocs émis au passage de la pince de la cabine sur les galets) et des stations (l’entraînement du câble et du couloir à pneu, les moteurs, le système de ventilation, les chocs des cabines à l’arrivée et au départ, les phases de ralentissement et d’accélération).

Les résultats montrent que les objectifs sont dépassés pour 3  bâtiments d’habitation situés Pointe du lac, Emile Zola, et Bois Matar » Cela 20 heures sur 24 et 355 jours par an ! La MRAE poursuit : ” Les objectifs acoustiques poursuivis par le projet engendreraient des niveaux sonores supérieurs à ceux actuels pour les riverains du projet. Les habitants verraient leur exposition augmenter significativement alors qu’ils subissent déjà des niveaux de bruit importants en raison des survols aériens “

Et l’Autorité Environnementale de conclure :Rappelons que le projet s’implante dans une urbanisation déjà existante, dans un environnement assez bruyant. Par conséquent l’objectif à privilégier pourrait être, au-delà du respect des seuils réglementaires de ne pas générer d’augmentation significative des expositions sonores actuelles”

En termes plus clairs, en accord avec l’Autorité Environnementale, nous refusons de nouvelles nuisances supplémentaires pour les riverains qui en ont déjà suffisamment. Ce projet en l’état n’est pas acceptable, il demanderait à être notoirement complété et amélioré pour garantir et protéger la sécurité les habitants.

C’est peut-être pour cela que sur les 13 projets de téléphériques urbains lancés par “Ile de France Mobilités”, 12 sont au point mort. Trop de difficultés, techniques, financières et environnementales. A noter l’interview récente, sur BFMTV, de la directrice générale adjointe de “Ile de France Mobilités » qui déclare à propos de l’abandon des projets de téléphériques : « sur un certain nombre de liaisons, le téléphérique semblait assez séduisant au départ mais était finalement une fausse bonne idée car compliquée à construire, plutôt cher, assez lent et peu capacitaire »

Un PLU au détriment des habitants

La révision du Plan Local d’Urbanisme, objet de l’enquête publique permettant la réalisation du Téléval, vise tout simplement à lever 13 articles du PLU et pas des moindres (délibération n°5 du conseil du 21 février 2019). Ces articles concernent notamment : les emprises au sol (art.9) ; l’implantation des constructions par rapport aux limites séparatives (art.7). A ce sujet, il faut noter qu’il y aura d’un coté un site SEVESO et de l’autre une école… Il y a aussi la hauteur maximale des constructions (art.10) ; l’aspect extérieur (art.11) et les performances environnementales (art.15). Ce dernier article devrait notamment préciser les normes à respecter en matière de bruit, ces normes pourraient être fixées par “Bruitparif” et s’imposer aux constructeurs dans le cadre du PLU. Ce n’est pas le cas, bien au contraire.

En termes clairs si tous ces articles sont levés, il pourra être fait n’importe quoi, n’importe comment, en totale liberté sans aucune règle écrite, ni opposable. Cependant dans le dossier, en dessous de chaque article supprimé il est écrit, sans doute pour nous protéger : “les conditions de l’occupation des sols sont définies au point 14 des dispositions générales du PLU“. Faut-il être rassurés ? Pas vraiment puisque l’article 14 précise ; ces exonérations sont valables sous réserve que les constructions prennent en compte le cadre bâti et paysagé environnantOn se moque de nous ! Qu’est-ce que cela signifie ? En principe le règlement du PLU est un document d’urbanisme destiné à faire respecter des règles claires, précises, voire chiffrées, et non sujet à une vague appréciation subjective … prise par qui ? Qui estimera que le cadre environnant à été respecté ou non et à partir de quelles références puisqu’il n’y en a plus. La majorité municipale dans sa contribution à l’enquête publique a donné « un avis favorable sans réserve »  nous pensons bien au contraire qu’il y a des réserves essentielles à émettre sur ce projet.

C’est pour toutes ces raisons que nous, “Agir pour Villeneuve”, rejetons le projet proposé qui n’apporte rien de plus aux Villeneuvois, qui dégrade notre environnement et apporte des nuisances supplémentaires aux riverains.

Vous pouvez également vous rendre sur le site des habitants de “La pointe du lac” à Créteil, farouchement opposés aux nuisances du téléval.

L’enquête publique est ouverte jusqu’au 11 mai. Au Service de l’urbanisme, rue de Balzac, un registre est à votre disposition pour y écrire vos remarques sur le téléval. Vous pouvez également le faire sur le site dédié au téléval : http://www.cable-a-televal.fr/ Après il sera trop tard !

A propos Philippe

Conseiller municipal, Président du groupe des élus de l’opposition municipale depuis 2008. Marié, père de deux enfants et quatre petits-enfants, il est né le 15 avril 1950. Villeneuvois depuis 1958, il est attaché à cette ville, qu’il n’a jamais quittée depuis.
Cet article a été posté dans Gaspillage argent public, Notre ville, Transports et circulation, Urbanisme. Bookmark : permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *